"O taste and see that the LORD is good: blessed is the man that trusteth in him." Ps 34.8

Tawashis - éponges à récurer écologique au crochet

28 janvier 2015
 

Vous savez, moi et ma relation tumultueuse avec le lavage de vaisselles ! LA chose que je déteste le plus de faire la vaisselle, c'est frotter. Frotter les trucs gras et qui demandent une quantité monstre de savon ou les trucs bien collés qui demandent une quantité monstre d'huile de coudes. Je m'en tire souvent assez bien avec du bicarbonate de soude et beaucoup de frottage. Comme je suis un peu écolo, je déteste utiliser les tite-éponges plastique à récurer qui après une utilisation semblent tellement pleines de bactéries de viandes et autres, que je n'ose plus les utiliser. Donc, je me retrouve à frotter avec des chiffons en coton qui ne font pas vraiment bien l'affaire. La même chose pour laver mon dessus de poêle tout collé, parce que je suis terrible en matière d'utilisation de couvercles de chaudrons et de ti-bidule anti-éclaboussure de gras. Il y a toujours les effaceurs magiques, qui font un travail super. Mais encore une fois, après quelques utilisations ils tombent en ruine dans nos mains.

Donc, vous pouvez imaginer mon bonheur lorsque j'ai découvert les tawashis. Sérieusement, c'est la découverte de l'année pour moi. Les tawashis, sont des éponges à récurer faits au crochet, qui ont l'air tout à fait banales. En fait, j'osais à peine y croire avant de l'essayer. 

Ces "éponges" qui sont crochetés avec de l'acrylique à 100 % sont merveilleuses. Elles ne récurent sans doute pas aussi bien qu'une laine d'acier, mais vraiment aussi bien, sinon plus, que les trucs à récurer en plastiques que l'on peut acheter. Mais, ce qu'il y a de merveilleux c'est que contrairement à celles qu'on achète, elles se lavent et sèche à la machine ! Fini de jeter du plastique et fini les bactéries. Fini d'acheter les éponges à récurer qui se dégradent après deux trois frottages. Certes les tawashis sont fait avec de l'acrylique (en coton ça ne fonctionne pas), mais ils peuvent être utilisés pendant des années avant de ne plus pouvoir servir. 

Je m'en serts surtout pour récurer les plats graisseux et collés, ainsi que le dessus de mon poêle et continue d'utiliser ma navette pour laver la vaisselle (je ne veux pas me mettre les mains dans l'eau brûlante). Il arrive quand même que certains plats nécessitent un trempage avant de les récurer, mais ça fonctionne vraiment bien.

J'ai même lu qu'ils sont tellement efficaces, qu'en principe on ne devrait même pas avoir à utiliser d'eau chaude ou de savon pour laver notre vaisselle ?! Je ne suis pas rendu à cette étape, mais je vais certainement faire le test à notre prochain séjour en camping.


Pour les réaliser il y a plusieurs modèles, j'y ai été pour le plus simple, un cercle (voir le patron en anglais ici). Mais plusieurs autre patrons existent et sont disponibles sur Internet. L'idée est de faire une forme que nous aimerions pour une éponges à récurer avec de la laine 100 % acrylique.
Je ne suis pas une super experte en crochet et je peux faire un tawashis en 10-15 minutes. Donc pour quelqu'un qui manie le crochet rapidement, on peut rapidement se faire un collection de petites éponges à récurer. Je m'en suis déjà faits plusieurs et j'ai donné ma trouvaille en échantillon à tous les membres de ma famille pour Noël. 

Maintenant, il me reste à être une laveuse de vaisselle fidèle à mon poste pour honorer ma dernière trouvaille !

Les échantillons

26 janvier 2015
 

Vous vous rappelez de ma plage de Bali ? Dans notre deuxième appartement nous dormions dans un carré de choux, mangions dans un thé sur l'herbe, écoutions la télé dans un champ de thé et mon entrée était de lichen léger.

Est-ce que je suis la seule qui se laisse influencer dans son choix de couleur par le nom des couleurs ? Sérieusement, il me semble que chapeau d'elfe pour une salle de jeu ou constellation pour une chambre, éole pour mon salon.... 

Même si vous n'avez aucune idée de l'actuelle couleur de ces échantillons, vraiment, avouez que ce sont des options intéressantes ? Enfin, je vous réserve la surprise de mes choix de noms et de couleurs pour plus tard ! 

Bon lundi !

Brownies sans gluten

23 janvier 2015
 

Oui on peut survivre avec un régime sans gluten, oui on peut survivre avec moins de desserts, mais il y a un moment où ça prend un Vrai Dessert. Il y a des tonnes de recettes de brownies sans gluten. Au moment où je voulais un brownies, je n'avais que de la farine de sarrasin. Après beaucoup de recherches j'en ai finalement trouvé une avec seulement de la farine de sarrasin !!! Donc pour commencer un régime sans gluten, c'est vraiment génial, une seule farine à se procurer. De plus, la plus abordable et facile à trouver !

Est-ce que c'est bon ?! Je ne pourrais pas dire que c'est exactement aussi bon qu'un brownies avec gluten, mais comme ce brownies a passé le test de monchéri et de certains membres de ma belle-famille grands amateurs de chocolat, je peux dire que c'est un succès. 

Donc, depuis, lorsque ça me prend une Vrai Dessert, je fais ce brownies.


- 2/3 de tasse de beurre
- 3/4 de tasse de pépites de chocolat
- 2/3 de tasse de sucre
- 2/3 de tasse de cassonade
- 4 oeufs
- 1 cuillère à thé de vanille
- 1/2 tasse de cacao
- 2/3 de farine de sarrasin
- 1/2 cuillère à thé de poudre à pâte
- 1/4 de cuillère à thé de café instant
- 1/4 de cuillère à thé de sel

Mélanger les ingrédients secs et réserver.
Faire fondre le beurre et le chocolat au bain-marie (ou au micro-onde). Lorsque le chocolat est fondu ajouter le sucre à la cuillère en bois. Ajouter les oeufs un à un au mélange avec la cuillère. Ajouter la vanille en même temps que le dernier oeuf.
Plier les ingrédients secs dans le mélange liquide. Mettre le mélange dans un moule à gâteau et cuire 20-25 minutes à 350 F. ou jusqu'à ce que les côtés du brownies se détachent du côté du moule.

Source de la recette : ici


Bonne fin de semaine !

Une "robe" de princesse en cadeau et la vie chez nous

21 janvier 2015

La vie chez nous c'est : une maman qui s'est fait donner un gros sac d'environ 15 mètres ou plus de tissu luisant rose. 
 
La vie chez nous c'est : des murs qui ont vue de meilleur jours !
La vie chez nous c'est : une maman qui se dit pourquoi pas coudre une robe de princesse à la grande fille qui est devenue un peu trop grande pour sont "kit" de déguisements de princesses donnée par son papi.


La vie chez nous c'est : une maman qui coud encore sans patron et qui même si elle voulait faire ça plus grand, se ramasse avec... assez grand pour quelques années. 

La vie chez nous c'est : une maman qui se lance dans sa première pose d’œillets. Sa première pose d'oeillets avec des œillets hérités de sa mamie, qui devait avoir au moins 50 ans !

La vie chez nous c'est : une maman pas mal fière de la pose de son premier œillet, mais qui au deuxième se rend compte que le bidule, trop vieux, s'est cassé et que ça ne fonctionne plus "pentoute" (du tout) !

La vie chez nous c'est : une maman qui crie à l'aide à son chérid'amoursuperhéros, qui vint la secourir vaillamment et qui posa le reste des œillets avec peine et misère armé de son marteau! Bravo au superpapa !


La vie chez nous c'est : une maman qui pour se simplifier la vie (pas de fermeture éclair à coudre hihi!) et à la fille, posa des velcros dans le dos.

La vie chez nous c'est : une maman qui se rappelle que poser du velcro collant (celui pas cher) c'est vraiment pas amusant et qui grogna plusieurs fois pendant le processus !


La vie chez nous c'est : une grande fille vraiment contente de sa robe (en deux morceaux, t'sé c'est plus facile à enfiler et coudre), surtout avec sa cape de super princesse.

La vie chez nous c'est : une grande fille qui fait un spectacle de "danse contemporaine" de princesse rose sur de la musique de Django Reinhardt un beau mercredi après-midi.

La vie chez nous c'est : une maman qui a encore au moins 13 autres mètres du tissu rose luisant et qui les garde juste au cas où elle aurait d'autre idées... merci au papa pour sa patience en matière d'emmagasinage de tissu luisant. 

Et vous la vie chez vous, ça à l'air de ça ?

Ode au mur de boîtes

19 janvier 2015

La semaine dernière a été riche en émotion, désolée du silence ici.
 

Ô toi cher mur de boîtes,
Toi qui est la première chose que je contemple à mon réveil,
Et la dernière avant de m'endormir.
Comme je désespère que tu ne sois plus,
Comme j'ai hâte au jour où tu seras remplacé.
Remplacé par un mur fraîchement peint et vide.

Ô que j'ai hâte !

Bon lundi !

Armée et dangereuse...prête

13 janvier 2015 

Mon meilleur ami pour les prochaines semaines le "gun à tape".

Oui, je suis totalement le genre de fille à commencer mes boîtes deux mois et demi avant de déménager. Oui, je suis totalement super maniaque dans mon emballage de boîtes. Oui, je fais toutes les boîtes moi-même et je fais aussi un ménage assez exhaustif de toute notre maison (ce que je ne fais vraiment pas souvent). Oui j'ai une phobie de manquer de boîtes,  alors plus j'ai de boîtes qui attendent d'être remplies, plus je suis heureuse. Pour le moment je n'emballe que les choses que nous n'aurons pas besoin dans les prochaines de semaine, ou je garde certaines boîtes non cachetés au cas où. Mais, il se pourrait que j'ai menacé mes enfants d'emballer leurs traîneries jusqu'au déménagement s'ils ne rangeaient pas, il se pourrait...

Bon début de semaine !

Biscuits aux pépites de chocolat sans gluten

9 janvier 2015

Depuis septembre que nous sommes dans le sans gluten, depuis septembre nous avons survécu quasi essentiellement avec de la farine de sarrasin pour nos desserts et collations. Disons que nous avons quand même diminué notre consommation de desserts et aussi modifié nos habitudes de collations (je vous en reparlerai).  Comme la farine de sarrasin c'est la farine sans gluten la plus facile à se procurer et quasi la moins cher (outre de maïs), c'était mon premier choix. C'est certain qu'elle a un goût plus prononcée, mais nous nous y sommes vite habitué. Dans cette recette le goût est très subtil. 

Les recettes uniquement de farine de sarrasin sont rares, mais j'en ai testé quelques unes (d'autres recettes à venir). Ce sont des recettes parfaites pour commencer tranquillement avec la cuisine sans gluten sans se ruiner avec toutes sortes de farines différentes. Et aussi pour prendre le rythme tranquillement. Donc, depuis septembre, c'est devenu LA recette de biscuits que je cuisine. Je l'ai fait à toutes les variante, pépites de beurre d'arachide, raisins secs, canneberges séchées... Ce fut un succès familial du premier coup, personne n'a râlé que ce soit sans gluten. 

Disons aussi que je vie une simplification alimentaire. Pas plus simple dans l'exécution, mais plutôt dans le nombre de recettes que je peux faire (quoique ça reste à prouver). "Simple is best" est mon nouveau motto depuis cet été dans toute ma vie et dans ma cuisine aussi depuis peu. Simple ne veut pas dire sans goût et non agréable à manger. Même avec le sans gluten il y a tellement de variétés, il faut juste manger différemment. Présentement, je teste moins de recettes, mais travaille plus à intégrer de nouvelles habitudes et surtout m'habituer à une nouvelle façon de cuisiner. 


Voici donc la fameuse recette :

- 1 1/8 de tasse de farine de sarrasin
- 1/2 cuillère à thé de soda
- 1 oeuf
- 1/2 cuillère à thé de sel
- 1/2 tasse de beurre
- 3/4 de tasse de cassonade
- 1/2 cuillère à thé de vanille
- 1 tasse de pépites de chocolat, ou raisins sec ou ...

Mélanger tous les ingrédients secs, réserver. Battre l'oeuf et le sucre à grande vitesse jusqu'à ce que le mélange soit bien mousseux. Ajouter le beurre et battre encore à puissance rapide jusqu'à ce que ce soit bien mélangé. Ajouter la vanille et battre légèrement. Ajouter le reste des ingrédients et mélanger à la cuillère en bois. Ajouter les pépites de chocolat et mélanger. 

Déposer la pâte sur une plaque de cuisson légèrement graissée ou recouverte d'un papier parchemin. Utiliser environ 1 cuillère à soupe de pâte par biscuit. Cuire de 9 à 11 minutes à 375 F. ou jusqu'à ce que le contour devienne légèrement doré.

Source de la recette : ici