"O taste and see that the LORD is good: blessed is the man that trusteth in him." Ps 34.8

Anniversaire de Superman

26 août 2014

Fiston a son anniversaire pendant les vacances d'été. Donc, pour réussir à avoir des amis à son anniversaire, nous avons célébré celle-ci un mois à l'avance. Et le traditionnel shooting photo n'a finalement pu être fait qu'environ 1 mois après (à venir plus tard cette semaine) !

Nous avons célébré son anniversaire dans un parc, pour que ce soit plus simple lors de la fête même. Mais ce n'étais pas simple pour la maman qui devait transporter un gâteau là-bas. J'aime les gâteaux en hauteur, mais le plus simple pour cette fois à été de faire un gâteau plat. Et moi qui ne veut plus faire de fondant, je me suis encore faite avoir. Le bleu est fait avec du colorant naturel, d'où la couleur pastel (que j'aime vraiment en passant). 


On a fait un petit spécial avec des étages de gâteau aux couleurs de Superman.


Voilà, le gâteau s'est rendu intact.


Je n'avais organisé aucunes autres activités qu'une grosse pinata.


Elle a été réalisée sous le même principe que celle que j'avais faite de dragon (tutoriel ici). Sauf que celle-ci a bel et bien été détruite et que je collé des bandes de languettes en papier de soie au lieu de petits carrés. Moi c'est vraiment ma partie préféré à préparer pour une fête : le collage !


Il devait y avoir pas mal d'amis, alors on s'est laissé allé dans les surprises. Je pense que la pinata a été apprécié des petites et grands.


Voilà les cupcakes que nous avons mangé lors de la célébration avec ma famille (pour mon patron de cupcake wrappers ici).

Des supers toutous ou iniation à la couture

21 août 2014

Bon et bien si je n'avais pas beaucoup de projets sur ma liste à faire avec mes enfants cet été, c'est parce qu'on avait un qui a pris beaucoup de temps. Lorsque nous avons vu le livre : Superdoudous le retour (voir plus bas), j'ai eu l'idée d'essayer de faire coudre à mes enfants leur propre toutou. Dans le livre il y a les patrons et toutes les instructions. Mais en réalité nous n'avons que regardé l'image, j'étais trop paresseuse pour agrandir tous les patrons à la photocopieuse puis les découper et les indications ne sont pas faites pour des enfants. 


Bien évidemment, comme je les ai laissé choisir celui qu'ils voulaient faire, ils ont choisis ceux que je trouvais les plus laids. Bon, ça fait partis de la "game".



O.k. mes enfants avaient déjà touché à une aiguille, ça fait déjà quelques temps qu'ils font des cartes à coudre et nous avons aussi fait ce projet l'année dernière. Donc, je sentais qu'ils étaient prêts. Conclusion, ma fille est tellement plus patience et intéressée par ce genre d'activité. Je rêve de toutes les heures qu'on va pouvoir passer ensemble à bricoler/coudre/tricoter/cuisiner.... Fiston était emballé au début et un peu plus habille, mais il a dû avoir quelques encouragements pour terminer le projet. 


J'ai découpé tous les morceaux dans diverses retailles neuves et récupérés de jersey, feutre et laine polaire. Ils ont utilisé tous deux des grosses aiguilles et du fils à broder pour coudre. C'est moi qui faisais les deux premiers points sur chaque morceaux, histoire de bien partir. Puis, ils continuaient seuls. Bon, fiston se mélangeait souvent de côté et ma grande désenfilait son fil tout le temps, mais le rythme était quand même bon.


Je n'aurais pas dû leur faire faire la couture extérieure, il faut vraiment que les points soient très serrés pour s'assurer que la bourrure ne sorte pas.Pour fiston, j'ai repassé par-dessus la moitié qu'il avait fait avec ma machine à coudre.


Ma grande en avait fait la moitié aussi, mais c'est moi qui avais piqué tous les points de cette partie, parce que son aiguille était trop grosse pour passer à travers les deux épaisseurs de laine polaire.

Je suis vraiment heureuse d'avoir fait ce projet avec eux, même si des fois c'était un peu galère entre enfiler les aiguilles, découper les morceaux (et ne pas les perdre) et démêler le fil de fiston. Ils étaient pas mal fières d'eux aussi. Maintenant, je suis supposée faire un projet de couture sur ma machine avec ma grande ... à suivre !

Cette période...

18 août 2014
 

J'aime beaucoup être une maman à la maison, prendre soin de mes enfants, cuisiner... Mais il faut que j'avoue que la période : petit explorateur rampant n'est vraiment le "high" de ma vie de maman à la maison.

Le période : je dois avoir des yeux tout le tour de la tête et je ne peux rien faire sans passer mon temps à courir après un explorateur en fuite....
La période où, même si je surveille constamment, je fini toujours par trouver un Lego, un autocollant ou un truc potentiellement dangereux pour ma petite dernière par terre. Et à ce moment là, j'ai toujours 1001 visions de comment mon enfant pourrait mourir étouffé !

Cette phase où, je me retrouve inévitable assise par terre à ne rien faire d'autre que de la regarder jouer, parce que c'est impossible de faire quoi que ce soit sans avoir quelque cheveux blancs de plus. Pour une maman qui déteste profondément ne rien faire, c'est vraiment difficile !

Et c'est là que je me rappelle que la sécurité de mes enfants et qu'ils soient entourés d'amour est pas mal plus important que mon bien être et mon sentiment de productivité!

Donc,  j'essaie de profiter de ces petites cuisses potelées et de ces sourires de bébés qui vont si vite passer !

Alors, je vous laisse, j'ai des cubes à empiler et des casse-têtes en bois à regarder se faire baver dessus !

Bon lundi !

Des pâtes, des raviolis et des enfants

15 août 2014

Il n'y avait pas beaucoup d'activités que je voulais faire avec mes enfants cet été, mais faire des pâtes en était une. Et comme l'été est vraiment sur sa fin (oh yeah, la fraîcheur s'en vient !!!), il fallait se retrousser les manche et se lancer. En plus que je n'en avais pas fait depuis 2 ans. La grossesse, le bébé, l'école et le fait que c'est quand même long m'avait un peu fait procrastiner sur ce dossier. Pour ajouter à ma culpabilité, j'ai un moule à raviolis depuis 1 1/2 ans et je ne l'avais pas encore testé ! Il était vraiment temps de passer en mode pasta !


Pourquoi je voulais un moule à raviolis ? Ben, faire des pâtes fraîches ça peut être simple, mais les acheter ça l'est encore plus. Donc, à moins de faire des pâtes autres que blanche c'est pas un super bon rapport temps et prix. Mais si on parle de faire des pâtes farcies ou des pâtes qui sont plus dispendieuses, style cannellonis, alors là l'effort vaut la peine. Mais tout de même, c'est là pourquoi on réalise que les pâtes farcies sont aussi chers ! Depuis des années je m'en tenais aux tortellinis car elles sont plus faciles à mon avis à faire à la mains que les raviolis. Quand j'ai vu des moules à raviolis, je me suis dis que ça me faciliterait le coup et que je pourrais en faire en grosse quantité. Donc j'en ai demandé et reçu un à Noël il y a 1 1/2 ans.

Conclusion de l'expérience :

- Le moule à raviolis : Oui, c'est certainement plus facile, et ça donne un beau résultat. Quoi qu'il faut peut-être un peu de pratique pour mettre la bonne quantité de farce. La première fois j'en ai trop mis et ils se sont tous éventrés (à droite sur la photo), mais la deuxième fois c'était mieux. Mon moule n'est pas de première qualité, alors je ne sais pas si c'était normal que je doive les démouler un à un. Bref, l'idéal serait d'être deux. Un qui roule la pâte (avec une machine) et l'autre qui fait les raviolis et ainsi on pourrait avoir un bon rythme.

- Des pâtes avec les enfants : Oui, si on s'en tient à faire des pâtes simples, style, cannelloni, lasagne fettucines. Ils étaient très contents de tourner la manivelle de la machine.

- Des pâtes farcis avec les enfants : Non, ils ne sont pas capable de faire les pâtes farcis et s'excitent (enfin les miens...) durant le processus alors ce n'est pas un succès garantie ! J'ai terminé ma pâte en cannellonis en envoyant jouer les enfants dans le salon. Puis, lorsque j'ai manqué de farce, j'ai fait un peu de fettucines pour terminer parce que bébé c'était réveillé et là il fallait vraiment terminer.


Mais peu importe que les pâtes soient difformes ou fendues, avec un bonne sauce rosée, c'est toujours un succès garantie. 

Bonne fin de semaine !

Les supermamans

11 août 2014


Nous revenons tranquillement à la réalité, mais profitons encore un peu d'une photo de vacances !

Je réalisais dernièrement comment la plupart des mamans aiment bien lire les récits humoristiques (moi la première) des déboires des autres mamans (enfin, surtout au Québec). Les mamans ont la culpabilité facile et on aime se sentir pas si pire que ça. Dans le fond personne n'a la goût de lire sur comment :moi je l'ai l'affaire, je fais tout mon ménage parfaitement et mes enfants sont parfaits
Internet, on le sait tous, c'est vraiment superficiel. On ne peut pas, même si on le veut, donner une image véridique de nous. Et beaucoup ne veulent pas donner une image véridique non plus. C'est là qu’Internet a sa limite. On a besoin de voir des bons modèles, des vraies de maman qui font bien leur job.  Sérieux, les vraie supermamans ne bloguent ou publie pas sur Facebook pas sur ce qui fait d'eux de très bonne mère, ou du moins très peu. On a besoin de le voir ! Ce n'est pas avoir un super gâteau de fête pour notre enfant ou la déco parfaite de notre cuisine qui fait de nous une bonne maman. Internet c'est inspirant, divertissant, mais merci Seigneur pour les vraies relations, les vraies discussions sans hashtag. Les vraie bonnes mamans qui n'ont pas besoin d'avoir un blogue ou une page Facebook, mais qu'on n'a qu'à côtoyer pour s'en inspirer !

Mais, juste pour être claire, parce que je ne suis pas certaine de l'être depuis le début de ce post. J'aime beaucoup les blogues, j'aime lire des vraies histoires sur ceux-ci, voir toutes les choses inspirantes que les autres mamans font. Ils y a beaucoup de mamans merveilleuses et qui sont de supermamans sur ceux-ci. Mais en côtoyer dans la vraie vie, voir en direct comment elles reprennent leur enfants avec grâce, comment elles aiment leurs enfants inconditionnellement et font passer les autres avant leur désirs, wow ! Ça c'est vraiment inspirant !

Bon lundi !

De retour...

5 août 2014

De retour après 2 semaines de vacances. On se revoit bientôt lorsque nous aurons retrouvé notre rythme normal (et fait toute la vaisselle et le lavage, hi,hi !).

Le jour où

21 juillet 2014

Le jour où les deux grands jouaient seuls dehors (dans notre petite cours clôturée) et que j’ai entendu fiston cracher, se racler la gorge et recracher. Je cours dehors pour voir qu'il tient à la main la plante grimpante du voisin (qui envahie carrément notre cours), et qu'il a plein de verdure entre le dent. 

- " T'as mangé ça ?"
- "Oui, mais c'est.. ma soeur qui en a mangé en premier." ( comme quoi la plus vieille excuse du monde est encore d'actualité).

Rien d'alarmant comme symptômes, mais un appel à anti-poison tout de même pour savoir si j'ai des symptômes à surveiller et savoir si oui ou non ce truc est toxique. Ben le gars à l'autre bout du fil ne sait pas plus que moi c'est quoi cette verdure rampante. Alors on se met à trois (monchéri itou) pour faire une recherche avec le meilleur ami des mamans : Google, pour trouver c'est quoi le nom de ce truc envahissant. Conclusion : c'est de la vigne vierge (si au moins il y avait plein de raisins qui débordaient dans notre cours...), et c'est bel et bien toxique !!! Bon, comme ils n'ont pas décidé de s'en faire une salade, mais seulement d'en prendre un croquée, ils devraient s'en sortir seulement avec des picotements à la bouche et peut-être de légers inconforts gastriques. Mais ils s'en sortent bel et bien avec une bonne leçon : on ne mange pas n'importe quoi qui pousse dans notre cours (surtout qu'on n'a pas de potager). Quoi que... avec ma grande aventurière, je suis mieux de garder le numéro du centre anti-poison et mon guide des plantes du Québec pas loin. Heureusement qu'ils n'ont pas décidé de goûter aux champignons qui ont tendances à pousser dans les coins humides de notre cours...

Il faut quand même que j'avoue, je dois être un peu coupable. Il y a quelques semaines une amie m'a montré comment identifier le plantain et renseignée sur ses vertus médicinales, en plus de me dire que ça se mange. Ce que mes enfants ont très bien compris. C'est alors que j'ai oublié de leur rappeler (je leur ai quand même déjà dit) qu'il ne faut pas manger n'importe quoi qu'on trouve, surtout pas sans demander à maman ou papa si ça se mange au préalable. Donc, leçon retenue pour la maman aussi ; lorsqu'ils sortent dans notre cours je dis : "ne vous chicanez-pas, ne criez pas et ne mangez rien "! 

Non mais, on ne pourra pas dire que la faune urbaine n'est pas pleine d'aventures et de dangers !!!