"O taste and see that the LORD is good: blessed is the man that trusteth in him." Ps 34.8

Jour de la Terre et bricolages

22 avril 2015

Cette année, j'envisageais le Jour de la Terre comme une bonne excuse pour aller faire une escapade dans la nature. Malheureusement, la nature a décidé de pleuvoir aujourd'hui, on s'est donc rabattus à la dernière minute sur deux bricolages inspirés de la nature. Fiston n'était pas super enthousiaste (il devient un peu trop ados face aux bricolages) face à cette perspective et finalement il a été charmé et il a même dit que c'était comme faire l'archéologue. 

Les deux idées viennent de ce blogue. 


Je me suis grandement inspirée de la technique proposée sur le blogue, mais je l'ai quand même adaptée. Donc je me permets de vous donner ma version. Il est quand même intéressant d'aller visiter l'idée originale et les autres résultats présentés : voir ici.

Comme il n'y a pas encore grand chose qui ait poussé chez nous, la récolte a été mince et rapide (avec la pluie t'sé). 

1- Fiston a fait un collage nature avec de la colle en bâton sur un bout de carton (vive la récupération de boîtes de déménagement).


2- Nous avons collé encore avec de la colle en bâton, du papier d’aluminium sur le collage.

3- Nous avons aplatie, frotté, le papier d'aluminium le plus possible contre le collage pour révéler les reliefs (la partie la plus intéressante). Nous avons frotté avec les doigts et une gomme à effacer de crayon. La petite branche et même les aigrettes d'épinette n'étaient pas supers, le papier a un peu percé sur la branche. La prochaine fois, je prendrai seulement des feuilles et des fleurs (quand ils auront poussés).


4- Fiston a appliqué un tout petit peu de peinture acrylique noire avec un pinceau quasi sec sur le tout. Nous avons ensuite essuyer un peu l'excédent avec un papier mouchoir. (voir le résultat ci-haut).



Ma grande elle, a fait un tissage "d'arbre". Je l'ai un peu aidé, pas parce qu'elle n'était pas capable de le faire toute seule, mais parce que je ne voulais pas continuer le processus demain. 
 

C'est assez simple et sur Cassie Stephens on peut voir comment réaliser l'arbre de façon plus simple, voir ici. Mais nous, nous en avons profité pour utiliser une branche de la vigne que je vients de tailler. J'aime mieux cette version tout de même.



Bon Jour de la Terre !

Nachos sans croustilles de maïs

20 avril 2015
 

Fait que c'est l'histoire d'une fille, qui, il y a quelques semaines avait le goût de manger des nachos par un beau vendredi soir où son mari était encore parti faire des rénovations. Malheureusement, les croustilles de maïs était absentes de la maison à ce moment. Ayant été comme toujours rapidement dilapidées par les habitants adultes féminins de cette dite habitation.

Donc, après des heures de recherches (voir plutôt minutes.. secondes), elle eu l'idée d'utiliser du maïs soufflé nature à la place. Parce que.. et bien, c'est quand même du maïs, juste sous une autre forme !


Le résultat fut plus que satisfaisant autant pour la bouche, que pour le taux de gras et le portefeuille de cette dite fille ! La seule chose qu'elle eu a redire (après trois bols) c'est que l'utilisation d'une cuillère était impérative. 

Désolées pour les adeptes de nachos purs, des fois, il faut ce qu'il faut !

Bon lundi !

Étudier le corps humain avec des livres

17 avril 2015
 

Je suis présentement en train de lire, lentement mais sûrement, Well trained Mind. Une méthode d'étude classique sur lequel je veux définitivement baser mon approche pédagogique. Je ne sais pas encore si je vais faire la totale, mais ce sera certainement notre guide directeur. C'est la même auteure que notre curriculum d'histoire dont nous sommes en amour fou avec ! 

Tout cela pour en venir aux sciences. Il n'y a rien de formel en sciences dans le programme ici au Québec pour une enfant de première année ( CP). L'année dernière, j'ai essayé de faire quelques expériences, mais je trouvais ça dépourvu de sens et sans lien avec le reste de notre programme. Fiston trouvait ça amusant, mais personnellement, je ne trouvais pas ça vraiment stimulant, sans vraiment comprendre pourquoi. Car certes, on pouvait quand même apprendre des choses. Cette année, j'ai acheté deux cahiers d'exercices, même chose. Je trouvais qu'on passait trop vite sur les thèmes sans vraiment développer, bref, ennuyant. 

Puis en lisant Well trained mind, j'ai décidé de suivre ses conseils en matière d'études des sciences pour les 4 premières années du primaires. Soit des thèmes vues pendant quelques mois progressifs pour ces 4 années. Des thèmes vues dans de vraies livres, encyclopédies et non dans un manuel dilué. Et pour moi, en le faisant, tout à pris du sens. Premièrement, j'ai compris en utilisant des livres vraiment stimulants (des living books), pourquoi j'avais toujours détestés lires des livres informatifs. C'est que je ne choisissais pas les bons. Pour moi c'est devenue tellement logique de se baigner dans un thème avec des lectures amusantes, inspirantes et puis ensuite faire des exercices et activités en liens. Les enfants ne se rendent même pas compte qu'ils sont en train d'apprendre. Et puis, les activités sont tellement plus comprises et assimilés. À cette étape de la scolarité, le but n'est pas d'apprendre tout par cœur, mais de se baigner dans les connaissances et d’assimiler ce qu'on peut. Mes enfants (ma fille écoutait attentivement la lecture des livres) ont vraiment retenu beaucoup de choses à propos du corps et j'ai définitivement plus appris qu'à mon cours de biologie du secondaire (où je dormais véritablement tous les cours).

Voici donc ce qu'à eu l'air les deux mois où nous avons étudier le corps humain.


J'ai premièrement sortie mon vieux Oscar que je conserve de mes années d'enseignement au public. Mes enfants se sont amusés à se mesurer avec lui.


Puis nous avons commencé la lecture (moi leur faisant la lecture) petit à petit de Le corps humain une machine incroyable. C'est vraiment un excellent livre, très complet. C'était une lecture un peu difficile pour fiston, mais malgré tout accessible. Je l'ai emprunté à la bibliothèque, mais je vais définitivement l'acheter lorsque ma grande sera en première année.


À mesure qu'on apprenait sur une partie du corps, fiston l'ajoutait à sa petite maquette de corps humain. Pour réaliser celle-ci, j'ai fait un montage à partir des images à colorier de ce site. Il a fallu que je travaille un peu pour tout mettre à l'échelle, mais ça valait le coup. Je ne vais pas publier mon document ici, mais si jamais quelqu'un le voudrait, vous pouvez me contacter par courriel (voir l'onglet contact).


Voici les autres livres que nous avons lu.


Fait avec une histoire continue, bonne vulgarisation de notions complexes.


Intéressant, un mélange d'une histoire continue et faits scientifiques en encadrés.


Définitivement les favoris de mes enfants à cause de leur façon ludique de présenter le corps humain. Nous avons du coup écouté les épisodes de Magic School Bus sur le corps humain sur Netflix.


Des livres pour un peu plus jeunes, mais qui présentent quand même des bonnes informations. 

Les livres ci-haut de sont pas tous des livings books à proprement dit, mais en français c'est ce que j'ai réussi à trouver de mieux sur le sujet et en lien avec l'âge de mes enfants. 


Finalement, nous avons fais quelques expériences, dont une sur le coeur (voir les consignes ici).


Et une autre sur les poumons (voir les consignes ici).
 
Je pense que même si on ne fait pas l'éducation à domicile on peut, si l'intérêt y est, faire un projet semblable pendant les vacances d'été, ou en complément scolaire. En fait, le plus gros du projet c'est simplement de lire beaucoup sur le sujet avec des livres stimulants. Il n'y a rien de mieux que des bons livres pour apprendre !

Nous allons donc continuer sur cette lancée avec d'autres projets de sciences thématiques et approfondies pendant les prochaines années. Présentement, nous étudions les animaux.

Bonne fin de semaine !

Une nouvelle robe pour ma fille ou moi versus coudre sans patron

13 avril 2015

Voici une robe que j'ai terminé pour ma fille après plusieurs péripéties en janvier dernier. Elle est vraiment totalement inspirée de celle-ci. Sauf que la mienne est en coton et non en jersey. Comme c'est un site en chinois (ou japonais, je ne sais pas) et que la robe ne semble plus disponible, je suis pas mal moins gênées de copier l'idée.


J'ai cousu cette robe sans patron, même pas un patron fait maison. Parfois je me fais des patrons et parfois je fais seulement copier la forme de certain morceaux de vêtements que j'ai déjà et les modifies légèrement. Mais, ce n'est pas sans aventure... Avant de continuer dans ce sens, je veux juste faire une rétrospective de mes années de coutures. 

Cet été cela fera 21 ans que j'ai appris à coudre avec ma mère (j'ai l'air vieille). Pendant mon adolescence je me cousu seulement quelques trucs supers simples. J'ai pris une option couture à l'école et j'étais, ce n'est pas sans exagérer, la plus nulle du cours. Enfin, celle qui avait les moins bonnes notes, j'ai même faillit couler une étape. Il y avait une élève dans mon école qui était super bonne, elle se faisait des chemises avec ses propres patrons. Je l'a trouvais tellement bonne ! Je ne pouvais pas imaginer un jour arriver à coudre quelque chose de plus qu'une jupe tube en jersey sans patron. Ni même faire mes propres patrons. Au début de l'âge adulte, j'ai très peu cousu (l'université ça occupe), puis il y a 7 ans quand je suis tombée en retrait préventif pour mon premier enfant, je m'y suis remis sérieusement et j'ai commencer à coudre de plus en plus de choses différentes et à essayer de relever des défis de plus en plus difficiles. Et même si ce n'est peut-être pas pour tout le monde, je pense que lorsqu'on a cousu plusieurs choses différentes à l'aide de patrons ou de tutoriels, on peut arriver à pouvoir faire ses propres création. Mais comme dans toutes choses il faut apprendre les bases avant de se lancer dans les plus gros projets. 

Aujourd'hui je ne suis pas encore une super bonne couturière. Il y a pleins d'erreurs, que je dissimule, mais qui sont tout de même là. Mais je suis quand même heureuse de toujours apprendre plus et de pouvoir de plus en plus arriver à coudre les projets que j'ai en tête. 

Revenons à la fameuse robe. Pour vous montrer que coudre sans patron ce n'est pas une croisière. J'étais toute fière de moi en octobre lorsque j'ai réussi à tailler et coudre cette robe rapidement. Sauf que... je n'avais pas pensé que la robe sur laquelle j'avais pris la mesure de l'encolure était en jersey et donc qu'en coton le tête ne passerait pas, grrr... Deuxième point problématique, encore une fois je n'avais pas pensé qu'une robe en coton aurait besoin d'une fermeture éclair ou autre ouverture pour s'enfiler, grr... À ce moment, je n'avais plus le temps à consacrer à cette robe parce que je tombais dans ma couture de cadeaux de Noël. Alors je l'ai oublié jusqu'en janvier. En janvier, grande torture j'ai décousu, retailler et recousu l'encolure. J'ai aussi cousu un fermeture éclair sous le bras, autre chose que je n'aime pas. Là tout était beau, elle s'enfilait bien, mais dans le processus je ne sais pas ce qui lui était arrivée, elle s'était salie. Je la lave et puis, une couture n'avait pas tenue. Parce que c'est ça quand on coud sans patron, on n'a pas de conseil de tissu, on prend ce qu'on a et des fois ce sont des tissu qui s'effilochent malgré la finition. Après avoir refait la couture et refait la finition, voilà elle était prête, 4 mois plus tard ! 

Je vous partage ça, pour encourager celles qui voudraient arriver un jour à coudre sans patron. On peut y arriver il faut juste, bien pratiquer avec des patrons et apprendre les techniques avant. 

Et aussi montrer que c'est bien beau dire qu'on coud sans patron, ce n'est pas toujours rose ! Un patron ça reste de la couture très confortable et relaxante !

Bon lundi !

Moi versus lire beaucoup de livres aux enfants

7 avril 2015 
 
Image prise dans notre ancien chez nous, avant déménagement !

Aujourd'hui c'était le grand jour tant attendu, la visite de notre nouvelle bibliothèque ! Nous n'avons pas été déçus ! Nos paniers ont été remplis en un temps records. Par contre, cette bibliothèque n'a pas de panier suffisamment grand pour nos besoins. De plus, je dois définitivement me trouver un chariot pour aller à la bibliothèque, 80 livres à porter c'est un peu lourd ! Quelqu'un en aurait un à donner ?!

Mais venons en au sujet de cet article. Pourquoi et comment nous lisons tant de livres, alors que fiston ne lit pas encore seul (ça s'en vient par contre) ?

Je vais définitivement écrire un article sur ma philosophie éducative éventuellement, mais comme elle est encore à se définir dans les détails je vais garder ça pour dans quelques mois. Disons que ma philosophie/méthode (enfin celle que je préconise ) éducative se base sur de vrais livres et non des manuels. Nous utilisons des manuels certes, mais beaucoup de matières et d'apprentissages, voir la majorité se fait à partir de vrais livres. Pour la quantité, il faut quand même comprendre que nous sommes encore pour la majorité du temps dans la lecture d'albums. Ces livres se lisent très rapidement, ce qui explique le grand nombre. Il faut aussi dire que nous empruntons beaucoup de bandes dessinées que mes enfants regardent en détails. mais que je ne leur lis pas, sauf exception. Malgré tout, nous lisons une grande quantité de livres. 

Comment ? Avant quand ma petite dernière faisait encore deux siestes le jour c'était facile. Nous trouvions à cet époque, un moment dans la journée où elle dormait en dehors de notre temps d'école formel pour lires plusieurs livres. Mais avec la perte de la deuxième sieste c'est devenu plus difficile. De plus, ce n'était pas assez régulier. Au début de l'année scolaire présente, j'en était à réfléchir et me préoccuper de comment réussir à trouver un temps de lecture avec mes enfants. Je lisais parfois avec mes enfants au moment du dîner pour les tenir tranquilles à table, mais je n'aimais pas l'idée. Puis après une discussion avec une autre maman, j'en ai conclu que c'était finalement une très bonne idée. 

Ce n'est pas la meilleur formule pour toutes les familles, ni probablement celle que nous allons conserver durant plusieurs années, mais en ce moment c'est la solution gagnante pour tous. 

Depuis septembre, j'ai déclaré que l'heure du dîner durait 1 heure. Après 1 heure si le repas n'est pas terminé, il va se continuer à la collation, sinon on n'en finissait plus. Alors, lorsque moi qui mange très rapidement 10-15 minutes j'ai terminé je lis des livres à mes enfants jusqu'à ce que l'heure du dîner soit terminée. Pour nous c'est merveilleux ! Premièrement, mes enfants ne gigotent pas trop pendant la lecture parce qu'ils sont occupés à manger (enfin, ils devraient). Les repas chez nous peuvent être vraiment chaotique, voir catastrophique, alors de leur faire la lecture pendant le repas calme énormément la situation. Si je voulais faire quoi que ce soit d'autre durant le repas, ce serait encore pire, donc tant qu'à être assise, aussi bien occuper ce temps de façon éducative. Deuxièmement, la lecture les aident à terminer leur repas. Comme leur esprit n'est pas occupé à se chamailler avec leur frère ou sœurs, ils mangent plus rapidement. Sinon, j'opte pour : je tourne la page lorsque tu as pris une bouchée.

En conclusion, c'est gagnant pour maman parce que mes enfants mangent plus calmement et c'est gagnant sur le côté éducatif parce qu'ainsi nous avons une bonne période qui varie entre 35 à 45 minutes de lectures par jour. 

Durant cette période nous lisons de tous les genres : livres cartonnés, albums, encyclopédies, livres de contes, romans jeunesse etc... La lecture des gros livres s'étire sur plusieurs jours, en lisant un chapitre par jour. 

Voilà donc comment nous procédons chez nous pour lire beaucoup avec nos enfants. Et j'omets aussi la lecture avant le dodo avec papa. Même si fiston va se mettre à la lecture seul bientôt, je compte tout de même continuer à lui faire la lecture au moins jusqu'à la fin du primaire. Il va faire des lectures seul, mais c'est génial aussi la lecture avec maman ou en famille.

Donc, ne vous surprenez pas en venant chez moi de trouver une grosse pile de livres sur la table ou tout prêt de mon assiette. 

Bonne lecture !

Il est vivant !

6 avril 2015

Cette année particulièrement, la fête de Pâques, le fait que Christ est vraiment vivant, est particulièrement vrai dans notre vie. À travers tout notre processus de rénovation et déménagement, il nous a porté et soutenu, il est vraiment vivant dans notre vie ! Nous avons célébré Pâques en grande pompe dimanche matin à l'église, mais chez nous ça a été plutôt simple cette année. L'année prochaine j'ai bien l'intention de refaire un jardin de Pâques.


Par contre, aujourd'hui avec une journée de retard (pas bien grave), j'ai cuisiné pour notre repas de Pâques de l'agneau pour la première fois. Les quelques fois où j'ai mangé de l'agneau, je n'ai pas vraiment aimé. Je voulais surtout cuisiner de l'agneau pour la signification en lien avec la Pâques. Ce qui a donné lieu à tout un cours de théologie avec mes enfants au supermarché ! De plus, monchéri aime beaucoup l'agneau. J'ai donc suivis les consignes de The Kitchn et c'était étonnamment bon et simple à faire ! Le consensus familial a donc été que nous allons débuter une nouvelle tradition de manger de l'agneau à Pâques. En attendant le jour où nous réussiront à préparer un vrai repas Séder, je vais conserver la même méthode. 


Bon lundi !

Nous y sommes

 1 avril 2015

Ouf, il me semble que c'était dans une autre vie que j'écrivais ici. Les deux dernières semaines et demi ont été vraiment épuisantes, sur tous les points. J'aurai certainement beaucoup à dire éventuellement sur ce sujet. Pour le moment, nous y sommes. Nous voilà dans notre nouvelle maison... qui n'est pas terminée de rénover encore. Disons que je n'ai pas depuis samedi de salle de bain. Nous avons une toilette au milieu d'un quasi atelier de menuiserie au sous-sol, mais pas de salle de bain. Chéri m'a assuré que je pourrais prendre une douche ce soir ! Lui il a la belle vie en utilisant la douche de son travail. Mais bon, je suis une adepte du camping sauvage alors j'ai vu pire. Je n'ai pas non plus de garde-robe dans ma chambre, donc je devrai vivre dans "mes valises" pendant quelques semaines, et je n'ai pas non plus encore de tablettes dans mon garde-manger. Je dois donc sortir la nourriture des boîtes et les y remettre après utilisation, et j'en passe. Malgré tout, je suis vraiment heureuse d'être enfin là, d'avoir monchéri avec nous tous les soirs, au lieu qu'il soit à la maison (pas avec nous) en train de rénover. Je suis heureuse de ne plus être au milieu d'un labyrinthe de boîtes qu'était notre appartement. Car malgré qu'il y ait des boîtes au rez-de chaussé, j'ai mis la grande majorité en quarantaine dans le sous-sol. De plus, ce qu'il y a de bien avec les rénos, c'est qu'à tous les jours il y a des occasions de se réjouir des progrès de la journée !

Mais la plus grande occasion de me réjouir, de remercier Dieu, de la semaine, c'est l'armée qui est venu nous déménager samedi dernier. Nous étions 14 ! Disons qu'ils y en avaient qui travaillaient moins fort que d'autres, mais peu importe, la tâche a été partagé et à la fin de la journée c'était quasi la fête chez moi !

Gloire à Dieu qui nous soutien en tout !