"O taste and see that the LORD is good: blessed is the man that trusteth in him." Ps 34.8

Filtres à café réutilisables

23 juillet 2015
 

J'avais vue des filtres à café réutilisables depuis un petite bout, mais je n'avais pas fait le saut d'en acheter. J'avoue que j'avais un peu peur d'être trop paresseuse pour le rincer à chaque fois. Nous avons une machine à expresso et je continue à boire du café filtre la plupart du temps, parce que dans ma vie trépidante de maman, c'est plus rapide que de nettoyer la tige à chaque fois. Et bien évidemment, je me suis demandé si ça valait vraiment le coup, après tout les filtres à café ne coûtent pratiquement rien et sont décomposables. Oui mais, j'aime quand même l'idée de moins consommer et aussi d'avoir à couper un peu moins d'arbres. Il y a aussi des filtres en plastiques qui existent, mais j'ai entendu dire il y a un certain temps qu'ils étaient moins bon pour la santé qu'en papier. Mais je ne sais plus trop pourquoi.  Bref, ce que j'aime aussi de l'idée du filtre en tissu réutilisable c'est qu'il n'y aura plus de matins, où encore à moitié réveillée, je vais réaliser qu'il n'y a plus de filtres et que je dois nettoyer la tige de la machine à expresso avec des cris d'enfants en trame de fond. 

J'ai hésité à en acheter un certain temps, puis je me suis dit finalement que je pourrais bien m'en coudre. J'ai hésité encore une fois un certain temps avec l'idée. Je n'étais pas certaine que je voulais m'acheter vraiment du tissu pour ça. J'avais lu qu'il fallait utiliser de la mousseline, je ne savais même pas ce qu'était la mousseline. J'en ai parlé à une amie qui connaît la couture et elle m'a expliqué à quoi ça ressemblait. J'ai fouillé dans mes boîtes de tissu, pour la plupart hérités d'un peu partout et j'ai trouvé un bout qui ressemblait à la description de la mousseline. Mon amie à confirmé, alors je n'avais plus d'excuse pour essayer. 

J'ai pris les mesures sur un filtres en papier et j'ai ajouté un peu plus pour faire un ourlet en bordure. 10 minutes plus tard j'avais deux filtres à café réutilisable ! Après les avoir utilisé, je pense que j'aurais dû les faire encore plus grands, parce que s'ils sont encore humide ils tiennent beaucoup moins bien qu'en papier et ont tendance à s'écraser un peu dans le fond. Plus grand pourrait aider à les coincer dans le couvercle, pour les faire tenir en place plus facilement. Une seule chose, c'est que je ne suis pas certaine que ma mousseline n'était pas blanchi et c'est mieux non-blanchi.

Pour ce qui est du goût. C'est la même chose qu'avec un filtre en papier. Pour l'utilisation, c'est beaucoup moins pire que je pensais, même s'il y a un peu plus de grains de café qui tombent à côté de ma poubelle (je n'en composte pas beaucoup, parce que c'est un peu trop acide), ce n'est pas trop pire. Lorsqu'il commence à être trop sale, je peux le balancer à la machine à laver en n'utilisant bien sûr pas de produits qui vont le parfumer. Je ne dis pas que je n'utiliserai plus jamais de filtres en papier jetables, mais pour l'instant j'aime beaucoup mes filtres à café réutilisables. 

Si vous ne voulez pas vous en coudre, vous pouvez en acheter dans cette boutique sur Etsy pour un prix intéressant.

Bonne fin de semaine et bon café, peu importe de quel type !

Croustilles de radis et radis grillés

20 août 2015
 

Chez nous les radis n'ont pas la cote. J'en achète tout de même quelques fois par année, mais comme une fois sur deux le goût est très fort, les faire manger à mon clan s'avère toujours un tour de force. Dernièrement, je me suis dis qu'il devait bien y avoir une façon de manger des radis qui fonctionne avec ma famille. Disons, que je n'ai jamais vue de radis autrement que crus, alors j'ai été vraiment heureuse de trouver deux petites recettes simples qui ont eu un succès général parmi ma tribu. Même que j'ai pris ma petite dernière à voler les croustilles de son père pendant que j'avais le dos tourné. Il faut dire que la cuisson enlève vraiment le côté fort des radis et les rend vraiment bons !

La première recette vient d'ici et voici une traduction légèrement modifiée :

- Radis
- Huile
- Sel, poivre, ou autre assaisonnement

Laver et couper les radis en tranches très fines (idéalement avec une mandoline, ce que je ne possède pas). 

Dans un bol mélanger les tranches avec un peu d'huile, sel et poivre au goût, ou autre assaisonnement. Étaler sur une plaque de cuisson. 

Cuire ensuite environ 15 minutes à 375 F ou plus selon le croustillant désiré. J'avoue que les miens ont pris beaucoup plus de 15 minutes et que la prochaine fois je vais augmenter la température à au moins 400-450 F, en surveillant. 


Pour ma part, j'ai préféré la deuxième recette. Premièrement parce qu'elle est plus simple et ensuite parce qu'elle goûte plus santé. Oui, moi j'aime les trucs qui goûtent santé ! C'est essentiellement la même chose que l'autre.

La version originale vient d'ici et voici ma traduction légèrement modifiée :

- Radis
- Huile
- Sel et poivre, ou autre assaisonnement
- Jus de citron

Laver et couper les radis en deux. Les mettre dans un bol, puis mélanger avec un peu d'huile, le sel et le poivre ou autre assaisonnement au goût.

Étaler sur une plaque de cuisson et cuire de 20-25 minutes à 375 F ou jusqu'à ce que les radis soient légèrement dorés, ou bien cuits. Ajouter un peu de jus de citron au moment de servir si désiré.


Juste d'écrire cette recette, j'ai le goût de m'en faire cuire tout de suite. On peut mettre ça sur le compte de la grossesse ou bien, les radis grillés sont vraiment bons !

Bon lundi !

Soupe de pissenlit

16 juillet 2015
 

Et bien, il semble que mon jardin ne soit pas encore assez grand pour moi, ou bien c'est mon âme de chasseuse-cueilleuse. Car oui, nous avons fait le saut et mangé des feuilles de pissenlits. Lorsque les pissenlits étaient en fleurs je voulais faire toutes sortes de recettes avec celles-ci, mais j'étais trop mal en point de mon début de grossesse pour m'exécuter. L'année prochaine par contre, on se reprend pour sûr. En attendant, je savoure le petit pot de sirop de pissenlits que mon amie m'a offert. 

Les fleurs sont parties, mes les feuilles sont définitivement encore là. Et vous ne me trouverez pas en train de les arracher (sauf dans mon jardin et mes plates bandes), mais bien de les cueillir pour les manger. Pourquoi manger des feuilles de pissenlits ? Et bien, pourquoi pas, les pissenlits sont comestibles, bons pour la santé (remplies de vitamines C et de Fer) et je n'ai même pas besoin de fournir aucun effort pour les faire pousser. Je ne mangerais certainement pas les pissenlits d'un parc de ville ou en bordure de route (à cause de la saleté et déchets toxiques inconnus), mais dans ma cours arrière, je n'ai vraiment aucun problème. 

Comme première tentative, j'ai fais de la soupe et en mère indigne que je suis je n'ai pas révélé à mes enfants ce qu'elle contenait avant qu'ils en aient mangé au moins la moitié. Certes, les feuilles de pissenlits ont un petit goût amer et je ne ferais pas une soupe ou une salade uniquement composée de celles-ci, mais mélangées avec les autres ingrédients l'amertume était diminuée. Bon, oui j'ai eu droit à quelques petits ronchonnements de la part des mes enfants, mais disons que rares sont les plats qui n'en font pas l'objet. La soupe à été terminée, alors je compte cela comme un succès. 

Pour ma part, je trouve que la moutarde de Dijon cache bien l'amertume et monchéri à trouvé le contraire. Donc, à vous de voir, mais il faut quand même s'attendre à en avoir un peu un arrière goût légèrement amer. Si jamais cela vous fait trop peur, mais que vous voulez tenter le coup tout de même, diminuez la quantité de feuilles pour la première fois. 


Donc voici ma version de cette recette :

- Environ 6 tasses de feuilles de pissenlit lavées (ça se cueille très vite)
- 1 cuillère à table de beurre
- 4 tasses de bouillon de poulet
- 4 pommes de terre pelées et taillées en cubes
- 1 carotte pelée et coupée en rondelles
- 2 1/2 tasses de lait
- 1 cuillère à table de moutarde Dijon (facultatif)
- Sel et poivre au goût

Faire blanchir les feuilles de pissenlits environ 2 minutes dans l'eau bouillante, retirer et enlever le plus d'eau possible, réserver.

Faire cuire à feu doux les carottes et les pommes de terres dans le beurre environ 10 minutes, brasser régulièrement pour empêcher que ça colle ou brûle. Ajouter le bouillon et les pissenlits et faire cuire encore 15 minutes, si les légumes ne sont pas encore assez cuits à ce moment, poursuivre la cuisson.

Réduire le feu et ajouter le lait, brasser régulièrement jusqu'à ce que le tout ait un peu épaissi.

Réduire en purée à l'aide d'une mélangeur électrique, ajouter sel et poivre au goût et moutarde de Dijon.


Bonne cueillette !

Backyard Fun - Du plaisir dans ma cours : jardiner et enseigner

14 juillet 2015
 

J'ai beaucoup de souvenirs de ma grand-mère dans son jardin. Je me rappelle, ramasser les "bébittes à patates" avec elle, je me rappelle manger ses framboises, faire des bulles dans l'eau avec les queues d'oignons qu'elle avait cueillies, couper les queues de betteraves avec son vieux coupe tabac (qui n'a jamais servi à ça d'ailleurs), entendre siffler son autocuiseur rempli de gadelles (groseille à grappes), l'odeur de ses pivoines.... Enfin, le matin si je voulais parler à ma grand-mère, je devais aller la chercher dans son jardin. Elle en a fait un jusqu'à sa mort à 84 ans ! Elle en savait des choses sur le jardinage, et heureusement, elle a pas mal tout transmis à ma mère, qui me le transmet maintenant. Ça fait des années, que je fais pousser des fines herbes et autres petit trucs sur mon balcon, mais un vrai jardin, ouf ! Il me semble qu'il y a tellement de choses à savoir et à apprendre. 

Disons que toutes les discussions avec ma mère depuis des mois, comporte nécessairement une section jardinage. 
 

Un de mes gros défis cette année à été d'arracher les mauvais herbes. Première épreuve, j'étais complètement k.o. pendant le mois de mai et juin. Mon jardin était rempli de mauvaises herbes. Deuxième, défi... qu'est-ce qui est bon ? Je sais reconnaître bien des légumes, même bébés, parce que je les ai vus pousser toute ma vie dans le jardin de ma grand-mère et de ma mère, mais comme je fais pousser des légumes que ma mère n'avait pas dans son jardin : du panais, des céleris rave, du mesclum... j'étais un peu perdue dans ces sections de mon jardin. Je me suis dis comme dans la parabole de l'Ivraie (Évangile de Mathieu 13. 24-30) que j'attendrais que ça pousse un peu plus et qu'à ce moment je pourrais bien faire le tri. Ça a été un bon moment pour enseigner cette parabole à mes enfants de façon concrète, eux aussi voyant très bien l'état de mon jardin et mon regard interrogateur devant les petites poussent qu'on voyait paraître. Je trouve merveilleux de pouvoir enseigner concrètement les vérités de la parole de Dieu à mes enfants !

Depuis quelques semaines je vais un peu mieux (un peu) et j'ai réussis à enlever une bonne partie des mauvaises herbes dans mon jardin (et identifier les bons grains aussi). Je ne suis pas étonnée que ma grande veuille m'aider et que fiston ne s'intéresse nullement au jardinage. Je suis heureuse de pouvoir comme ma grand-mère et ma mère commencer à lui enseigner le jardinage. Pour le moment, elle reconnaît très bien les queues de carottes et même la plupart des mauvais herbes à arracher. Disons, que cette opération se fait sous haute surveillance maternelle.

J'ai encore tellement à apprendre et aussi à enseigner et j'aime tellement mon jardin !

Pouding à la rhubarbe

6 juillet 2015


Lorsque j'étais bien petite, nous avions au moins 10 plants (peut-être plus, mais quand on est petite tout paraît bien grand) de rhubarbe dans le champ derrière notre maison. Tout le rang venait sonner à la porte pour en prendre, certains ne sonnaient même pas. Je ne sais plus pourquoi, mais ils ont été enlevés, ma mère en a transplanté quelques un dans son jardin et bien que les voisins ne venaient plus sonner pour de la rhubarbe, j'ai toujours eu autant de rhubarbe que je voulais pendant mon enfance.  Préparer la rhubarbe, faire la compote de rhubarbe, était une étape de l'été. Avant l'âge adulte, pour moi, l'idée qu'on pouvait acheter de la rhubarbe au supermarché ne m'était jamais venue en tête. Disons aussi que la rhubarbe n'est pas un aliment qu'on retrouve fréquemment au supermarché.

Lorsque je suis partie de chez mes parents, que j'ai voulu en manger et que j'ai vu le prix au supermarché... en pensant aux plants de ma mère... disons que je n'ai jamais acheté de rhubarbe. Ma mère m'en a donné durant toutes ces années, mais ce n'était pas comme en avoir dans ma cours. Finalement !!! Maintenant que j'ai mon jardin, ma mère m'a donné 2-3 plants et j'ai enfin de la rhubarbe qui poussent dans ma cours ! Cette année, la récolte ne sera pas super grande, compte tenu que les plants ont été transplantés cette année, mais peu importe. Je suis super heureuse ! Alors pour célébrer le tout, avec toute ma récolte, j'ai cuisiné un de mes desserts préférés : un pouding à la rhubarbe.

Il y a quelques semaines, Emily Morrice à publié cette recette sur Instagram, elle avait l'air tellement bonne que je l'ai gardée en réserve pour la faire avec de la rhubarbe.

Donc, voici ma version de cette recette (la mienne à l'air moins bonne, mais elle l'est vraiment) :

Compote de rhubarbe

- Le nombre de branches de rhubarbe désiré
- Sucre

Peler et trancher la rhubarbe. La mettre dans une casserole et y ajouter un peu d'eau pour ne pas que le tout attache. Faire cuire à feu modéré jusqu'à ce que les morceaux se défassent en purée. Ajouter du sucre au goût et mélanger jusqu'à dissolution. 

Mettre la compote dans le fond d'un plat allant au four ou dans le fond de petits ramequins. Avec 9 branches, j'ai rempli 5 ramequins avec environ 1 cm de compote. C'était bien comme ça, mais je pense que j'aurais aimé encore plus de compote si cela avait été possible.

Pouding

- 1 1/2 tasse de farine
- 1/4 de tasse de sucre
- 2 cuillères à thé de poudre à pâte
- 1/4 de cuillère à thé de sel
- 6 cuillères à table de beurre à température ambiante
- 3/4 de tasse de lait. 

Mélanger la farine, le sucre, la poudre à pâte et le sel. Ajouter le beurre et mélanger à la fourchette jusqu'à l'obtention d'un mélange grumeleux. Ajouter ensuite le lait et mélanger jusqu'à l'obtention d'une pâte collante. Laisser tomber des boules de pâtes sur la compote. 

Pour les ramequins j'ai mis entre 4 et 5 boules d'une cuillère à soupe et j'aurais eu assez de pâte pour 5-6 ramequins. Pour un plus grand plats, j'aurais utilisé une cuillère à crème glacée pour déposer la pâte. 

Cuire ensuite à 375 F. entre 30 et 45 minutes jusqu'à ce que le dessus soit légèrement doré et la pâte bien cuite. Le temps peut varier selon la grosseur des boules de pâtes. 


J'ai eu de la difficulté à ne manger qu'un ramequin... en fait, j'ai pris une bouchée dans un deuxième... et terminé celui de fiston !

Bon lundi !

Backyard fun - Du plaisir dans ma cours : faire des bulles

2 juillet 2015
 

Mes enfants ont beaucoup de jouets, mais ce sont les choses les plus simples qui les amusent ! En défaisant une boîte (ouais, on est encore loin de s'en sortir dans ce dossier), j'ai trouvé les bulles et nous avons passé un bon moment à en faire. En fait, un bon moment à maman qui faisait des bulles, parce que les enfants renversent en général en une minute une bouteille complète de savon. De toute manière, ils préfèrent courir après les bulles pour les faire éclater. 


Donc, pendant que les enfants faisait les ninjas avec les bulles, maman avait une bullothérapie. Sérieusement, c'est vraiment relaxant, surtout avec le truc à bulle qui ressemble à un sabre au laser (aucune bonne image de ce truc, désolée). Nul, besoin de gaspiller son souffle avec ce truc.


Amusez-vous bien !

Backyard fun : Du plaisir dans ma cours : feux de camp et smores

27 juin 2015

Depuis 3-4 ans, pour nous, un incontournable de l'été et surtout des vacances sont les smores. Maintenant, que nous pouvons enfin, après en avoir rêvé des années, faire des feux de camp dans notre cours, les smores sont encore plus souvent au rendez-vous.  Bon, nous ne mangeons pas des smores à chaque feu de camp, mais mes enfants les réclament souvent. 

Bien que ce "mets" américain, soit de plus en plus populaire chez nous, je suis toujours étonnée de constater qu'il y a des gens qui ne les connaissent pas encore, ou n'y ont pas encore goûté. Chaque personne à qui j'en ai fait goûté était étonné de trouver cela vraiment bon. Non, ce n'est pas gastronomique, mais c'est définitivement bon !
 

Un smores c'est traditionnellement une guimauve grillée sur le feu prise en sandwich entre deux biscuits Graham et un morceau de chocolat. Nous avons débuté avec cette formule, mais nous avons vite abandonné les biscuits Graham, car je n'en ai trouvé aucun qui ne contenait pas de soya (mes allergies). Nous avons donc continué avec les biscuits Petite beurre et franchement je trouve cela meilleur, mais c'est mon opinion. Puis après quelques smores, nous avons rapidement constaté que les barres de chocolat disparaissaient à vue d’œil avec une famille de 4, maintenant 5. Nous avons même testé des smores avec des biscuits Petit écolier, mais là encore, la boîte disparaissait trop vite.

Si ce n'était qu'une fois par année, je crois que nous achèterions du chocolat noir et les meilleurs biscuits possible. Cependant, comme les smores sont monnaie courante chez nous, j'ai opté depuis deux ans pour une formule économique en matière de chocolat. Dans les jours qui suivent Pâques, j'achète des lapins en rabais à 1 $  et je les conserves, loin des yeux et des mains des gourmands jusqu'à l'été. Ce n'est pas du super chocolat, mais dans les smores ça passe très bien et ça permet que nous puissions en manger plus souvent à la joie de grands et petits.




J'ai fait la tentative de biscuits Graham sans gluten pour ma grande fille, le résultat était mangeable, mais pas assez concluant, pour le refaire. 

Oui, fiston à les ongles d'un ti-gars qui jouent dehors !


Bon feux de camp !